La démarche design se déroule en plusieurs étapes. Elle commence par un inventaire, suivi d’une phase exploratoire destinée à répertorier toutes les voies de développement. Elle se poursuit par des étapes de tests et de validation et elle aboutit à la concrétisation du projet.

La conception d’un produit, d’un emballage, d’une identité visuelle  ou d’une architecture commerciale est à chaque fois un cas spécifique. La démarche créative peut varier pour s’adapter à l’entreprise. Cependant, elle obéit à une méthode composée généralement des phases suivantes.

 

  •  Analyse. La première étape consiste à dresser un inventaire de toutes les données liées au projet (produit, emballage…), à l’entreprise, au marché et aux autres univers ayant des points communs avec le projet. L’agence de design, en association avec l’entreprise, réunit le maximum d’informations sur les produits existants ou à l’état de prototypes, la concurrence, la distribution, la technologie, la sous-traitance, les tendances, les aspects culturels et sociologiques. L’agence s’imprègne de la culture, du savoir-faire de l’entreprise, évalue son potentiel. Ces informations constituent une partie du cahier des charges.

 

  • Recherche créative. Le designer procède à une large investigation créative. Pas question de se laisser brider par des critères liés à l’esthétique ou à l’ergonomie. Il s’agit d’imaginer le plus grand nombre d’hypothèses, de solutions novatrices, d’envisager de nouvelles situations et occasions d’utiliser le produit. À ce stade, la créativité s’exprime librement. Mais chaque hypothèse a sa justification, est porteuse d’une idée et introduit un réel concept. L’entreprise dispose ainsi d’un large éventail de propositions. Celles-ci sont discutées au sein du groupe de pilotage, s’il existe. Il appartient alors à l’entreprise de sélectionner les pistes qu’elle souhaite explorer.

 

  • Création. À partir des choix effectués en commun avec l’entreprise, le designer finalise la création et commence à envisager les premières solutions techniques. Le projet n’est encore qu’à l’état d’ébauches.

 

  • Mise en volume.  La création prend forme. S’il s’agit de concevoir un produit, diverses maquettes peuvent être réalisées. La maquette conceptuelle exprime l’idée du projet. La maquette fonctionnelle détaille les solutions techniques et les mécanismes internes. La maquette d’aspect concerne l’esthétique et présente le projet tel qu’il apparaîtra au consommateur.

 

  • Réalisation. Cette phase comprend les études de faisabilité (sur le plan technique et financier) et l’industrialisation (outillage, pré-série).

 

  • Commercialisation. Le designer apporte son aide pour assurer une mise sur le marché dans les meilleures conditions avec, selon les cas, conception de l’emballage, de la PLV, des outils de communication… L’entreprise a intérêt à informer le designer des premiers résultats commerciaux, de l’accueil du public, des éventuels défauts constatés. Ces renseignements lui permettent de procéder aux ajustements nécessaires, de préparer les évolutions ultérieures et les futurs produits.

 

  • Tests. Durant la recherche créative, la création ou après la mise en volume, des tests, auprès des consommateurs ou prescripteurs, peuvent être conduits afin d’enrichir les hypothèses ou de valider les choix.

Source : « Le Design de A à Z », Jean Charles GATÉ, publié par la DGCIS, 2010

Design global , Design Manifesto
Share: / / /